Terres Numériques

Vu sur Localtis « Ouverture des données des collectivités : les pistes d’Open Data France »

Localtis

Ci-dessous morceaux choisis de l’article paru le 5 septembre 2016 (Pierre-Marie Langlois)
Pour lire la totalité de l’article, cliquez ici

Missionnée par le gouvernement pour « préparer la mise en œuvre de l’open data par défaut dans les collectivités », l’association Open Data France rendra son rapport en octobre. Plusieurs préconisations se dessinent déjà : meilleure collaboration entre grandes et petites collectivités, constitution d’un socle commun de données…

 

De premières pistes de travail sont envisagées. Interrogé par Localtis, le délégué général d’Open Data France, Jean-Marie Bourgogne, en a dévoilé quelques-unes.

 

Mieux accompagner les communes de 3.500 à 50.000 habitants

 

Une meilleure articulation entre les différents niveaux de collectivités sera aussi nécessaire. En détenant les compétences du développement économique et du numérique, la région peut être un chef de file naturel pour faciliter les démarches open data des collectivités de son territoire. A ce propos, Open Data France cite le portail Open Paca en exemple, pour sa capacité à agréger sur une plateforme unique les données de nombreuses collectivités, qui restent pour autant autonomes dans la définition de leur stratégie open data. Les départements ne seront pas en reste, assurant une maille de proximité dans l’appui humain et logistique : ils se sont déjà saisis de l’open data, à travers les schémas départementaux des usages numériques. C’est donc tout un écosystème qui doit se mettre en place, pour faciliter la publication des données et assurer la formation des acteurs.

 

Vers la construction d’un socle commun de données ?

 

La mission réfléchit aussi à la mise en place de préconisations permettant de rendre les données publiées lisibles et comparables d’un territoire à l’autre. C’est ce travail de mise en compatibilité qui représente le défi principal de l’ouverture des données pour les petites collectivités. Ce socle commun pourrait intégrer des données de description du territoire (points d’intérêts, services), mais aussi des données se rapportant à la vie de la collectivité (budgets, délibérations, attributions de marchés publics). Il n’est pas certain que la liste détaillée des données concernées fera l’objet d’un décret. L’esprit du socle commun serait plutôt de faciliter la démarche des collectivités en clarifiant les exigences du législateur et en proposant des bonnes pratiques de publication.

 

image_pdfimage_print
loading