Terres Numériques

« e-téra : la voie des territoires intelligents » (SiPublic.info)

 

Fil d'ArianeExtraits de l’article du 23 décembre 2014, par Luc Derriano.

La SAEM tarnaise profite de son réseau de fibre, interconnecté aux GIX et aux RIP, pour proposer de nouveaux services aux collectivités. Un data center (photo ci-contre) et son site de réplication vont permettre le développement du cloud. Tandis que la signature d’un partenariat avec ZTE annonce des projets de smart city. A la clé, des dizaines d’embauches et des millions d’euros d’investissements…
« C’est un nouveau positionnement stratégique. Ce qui va beaucoup bouger c’est la mise en ligne des objets connectés. Ces capteurs vont générer des millions voire des milliards d’informations qui devront remonter vers le SI, donc être transportées, stockées et traitées », s’enthousiasme Marc Gauché. Le directeur général d’e-téra explique ainsi son plan de développement. A partir de son réseau de fibre optique, la SAEM construit un data center, à Albi, et son site de réplication, près de Toulouse, soit un investissement de plus de 10 M€. En outre, elle vient de signer, ce 15 décembre, un partenariat avec ZTE. Le groupe industriel chinois s’engage sur 5 ans, avec un budget de 50 M€, pour développer les futurs services de la smart city. Objectif : la croissance et l’emploi par la dynamisation de l’écosystème des start-up et PME locales.

Pour faire face à son expansion, e-téra lance, en mars prochain, le chantier de son nouveau centre opérationnel (90 baies informatiques IT et 20 baies Télécoms sur 4400 m2). La SAEM y accueillera, au printemps 2016, une centaine d’ingénieurs et techniciens (contre une cinquantaine actuellement), pour gérer un data center et son site de réplication synchrone.

Marc Gauché, Directeur Général d'e-téra

Marc Gauché, Directeur Général d’e-téra

« Le centre opérationnel permettra de répondre à la croissance très forte des besoins des clients pour se projeter dans l’informatique du futur et déployer les architectures de cloud computing », précise Marc Gauché. Actuellement, e-téra emploie des techniciens de la fibre optique, des réseaux, des télécoms, des développeurs, des spécialistes IHM. La SAEM a développé en interne ses solutions middleware, pour l’IPTV notamment.

En plus des embauches, « il est nécessaire de développer les partenariats car plus personne ne peut tout faire tout seul! », poursuit Marc Gauché. D’où l’annonce du protocole de coopération avec ZTE.
Sur son territoire, e-téra devrait proposer des solutions pour l’éducation (maintenance informatique des collèges avec le Rectorat et le GIP Renater, par exemple), le tourisme, la domotique (avec Promotelec), l’éclairage public, la sécurité routière, les transports et la gestion technique des bâtiments. « Avec la mise en oeuvre de projets Smart City, e-téra s’engage dans un relais de croissance stratégique en favorisant des partenariats au sein d’un écosystème d’entreprises, en particulier dans les domaines des objets connectés et des éditeurs de logiciels », conclut Marc Gauché.

Voir l’article dans sa totalité

image_pdfimage_print
loading