Terres Numériques

En Bourgogne-Franche-Comté, Territoires Numériques mène avec Nevers Agglo l’expérimentation Open Data local

Logo-Territoires-numeriquesC’est aux côtés de Nevers Agglomération, une des toutes collectivités de la région BFC à s’être engagée dans l’expérimentation que Territoires Numériques Bourgogne-Franche-Comté a donné le coup d’envoi le 31 janvier 2017 du pilote Open Data local qui se déroulera jusqu’à la fin de l’année 2017. Ce projet pilote, validé en décembre 2016 dans le cadre d’un appel d’offres national, va bénéficier du soutien de l’association OpenData France de janvier à décembre 2017.

31janv2017-Photo1

De g. à d. : Denis Thuriot (Nevers Agglomération), Patrick Molinoz (Territoires Numériques BFC), Jean-Marie-Bourgogne (OpenData France)

L’expérimentation vise à sensibiliser et accompagner les collectivités à l’ouverture de leurs données publiques et pour ce faire à construire un socle commun et un catalogue de données. Le projet pilote pourrait aboutir à terme (d’ici la fin de l’année) à la création d’un Laboratoire de la donnée publique régionale, premier du genre à l’échelon d’une région.

Un programme national en soutien d’expérimentations locales

C’est au moment de la clôture du sommet mondial du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO) que les Secrétaires d’Etat, Axelle Lemaire et Estelle Grelier, ont dévoilé la liste des neuf territoires sélectionnés pour expérimenter en 2017 l’ouverture des données publiques locales. Sur le territoire régional Bourgogne-Franche-Comté, retenu parmi les expérimentateurs, le choix a été fait de conduire l’expérimentation de façon concertée entre l’Agglomération de Nevers, d’une part,  et Territoires Numériques Bourgogne-Franche-Comté (anciennement e-bourgogne-franche-comté), d’autre part.

LogoNeversAggloNevers Agglomération et Territoires Numériques, co-pilotes de l’Open data local

Dans l’axe de sa politique de développement économique et démocratique, Nevers Agglomération s’est doté très tôt d’un Service d’Information Géographique (SIG) qui propose de nouveaux services aux agents des collectivités territoriales et très prochainement à l’ensemble des habitants. C’est dans ce contexte que le Président de Nevers Agglomération, Denis Thuriot et que le Vice-président en charge du Numérique, Alain Bourcier, ont souhaité que Nevers Agglomération réponde à l’appel à projets sur l’ouverture des données publiques lancé en novembre-décembre 2016 par l’Etat.

31janv2017-Photo3

Visite de l’Inkub, pôle numérique de Nevers, en préambule à la conférence de presse

« Le partenariat avec Territoires Numériques Bourgogne Franche-Comté est essentiel pour notre collectivité, a souligné Denis Thuriot lors de la conférence de presse du 31 janvier. Notre implication dans la démarche open data en Bourgogne Franche-Comté constitue pour Nevers Agglomération un moyen de participer au développement économique du territoire régional. Nous nous réjouissons de pouvoir ainsi contribuer à une politique régionale pour la promotion de l’open data, sans oublier l’open source. »

Depuis longtemps, Nevers Agglomération mène une démarche importante pour dématérialiser les échanges et numériser les documents administratifs. « L’agglomération nivernaise participe activement au projet que nous animons pour expérimenter la dématérialisation à 100% de la commande publique menée au travers de la salle régionale des marchés », a expliqué Patrick Molinoz, Président de Territoires Numériques. C’est pourquoi, avec l’Agglomération de Nevers, nous mènerons de concert l’expérimentation Open Data local avec un premier volet portant sur l’ouverture des données essentielles de marchés publics. »

Une expérimentation sur 12 mois (janvier à décembre 2017)

Plusieurs étapes de l’expérimentation Open Data Local en Bourgogne-Franche-Comté ont, d’ores et déjà, été planifiées pour le 1er semestre 2017. La 1ère étape consiste à structurer l’expérimentation, en s’appuyant sur une enquête (en cours de réalisation) de recensement des attentes, capacités et apports des expérimentateurs.

Puis viendra le temps des ateliers thématiques territoriaux visant à construire un socle commun de données et à préparer le premier catalogue de données. Ces ateliers permettront, par exemple, d’aborder les questions de l’attractivité du territoire, des schémas d’aménagement numérique du territoire ou bien encore du service public de la donnée ; ils seront préparés avec des méthodes de co-conception et feront appel notamment à un designer.

Consultez le dossier de presse du 31 janvier 2017 présentant l’Open Data local en Bourgogne-Franche-Comté


La Presse en parle

LocaltisLire l’article de Pierre-Marie Langlois paru le 20 juin 2017 dans Localtis « Open data – Un arrêté précise le service public de la donnée, les expérimentations continuent »

ContexteNumériqueLire l’article de Sabine Blanc paru le 15 mars 2017 dans Contexte : « Open data : “il faut trouver le bon vocabulaire pour séduire les élus”

achatpublic

 

Lire des extraits de l’article de Sandrine Dyckmans paru le 2 mars 2017 sur achatpublic.info

 

LogoNextINpactNextINpact (article de Xavier Berne paru le 2 février 2017) : « Open Data local : des expérimentations qui prennent forme »

[…] L’expérience de la loi NOTRe l’a démontré : le législateur a beau obliger les collectivités territoriales à mettre en ligne leur données publiques, un accompagnement est nécessaire pour faciliter la (longue) marche des acteurs locaux vers l’Open Data.

« C’est un sujet mal connu, mal compris, loin des préoccupations des décideurs locaux », constatait à cet égard l’association Open Data France dans un rapport commandé l’année dernière par le gouvernement. Évoquant un « contexte de faible motivation », l’organisation ajoutait que « les collectivités n’ont pas de moyens importants pour mener de tels projets : manque de ressources financières et personnels insuffisants ou non préparés ».[…]
[…]  « On sent bien qu’on en est au coup d’envoi, mais au cours du premier semestre, d’autres devraient nous rejoindre » pronostique Patrick Ruestchmann, le directeur adjoint du groupement d’intérêt public qui pilote cette expérimentation, « Territoires Numériques Bourgogne-Franche-Comté ». Le département de la Côte d’Or et la ville de Besançon se sont ainsi montrés séduits, mais n’ont pas officiellement sauté le pas.

Seule déception : il n’y a pour l’instant que des grandes collectivités qui participent à cette expérimentation. La plus petite (la ville de Saint-Apollinaire) – qui fait malgré tout figure d’exception – compte près de 7 000 habitants. « Il va falloir qu’on s’adresse à des petites communes » embraye Patrick Ruestchmann. « Ce n’est pas parce que les villes de moins de 3 500 habitants ne sont pas concernées par la loi Numérique qu’on ne va pas leur proposer, en particulier en matière de commande publique, de publier leurs marchés. Ça permettrait de compléter l’image, parce que si on les oublie, il y aura un trou dans la raquette. » […]

[…]  Si Territoires Numériques Bourgogne-Franche-Comté a donné cette semaine le coup d’envoi officiel de son expérimentation, force est de constater que pour l’instant, les choses avancent progressivement – pour ne pas dire calmement. « On est en phase d’organisation, sur février, de l’animation régionale et de coordination au niveau national avec Open Data France » explique Patrick Ruestchmann. Entre mars et mai, des « ateliers thématiques, complétés de réunions locales de sensibilisation pour les élus, les agents, les citoyens, les entreprises… » seront organisés.
« Ensuite, on vise l’été pour la première mise à disposition du portail, avec des données de marché. » En pratique, c’est le site « www.ideobfc.fr », qui propose d’ores et déjà différentes cartes, qui devrait accueillir ces informations publiques. […]

Lire l’article sur le site du média


LaGazette.frLa Gazette des Communes (article d’Alexandra Caccivio paru le 7 février 2017) : « Comment Nevers Agglomération organise l’ouverture des données publiques pour ses 13 communes »

[…] Nevers Agglomération fait partie des 9 collectivités ainsi retenues en décembre dernier. La collectivité s’appuiera, dans ce projet qui s’étale sur une année, sur le GIP Territoires Numériques Bourgogne Franche-Comté (l’ex-GIP e-bourgogne).

Nevers Agglomération n’est pas novice en matière d’open data, souligne Denis Thuriot, son président. Elle proposera dès cette année de nouveaux services en ligne, notamment des cartes interactives sur les services communautaires, comme les transports par exemple.

Mais l’enjeu est de passer à la vitesse supérieure en accompagnant les 13 communes membres de l’EPCI dans leurs obligations légales, liées aux marchés publics en premier lieu (qui ne relèvent pas de la sphère intercommunale).

Pour mener à bien cette mission, Nevers Agglomération s’appuie sur son service de l’information géographique (SIG), soit cinq personnes, qui ont un rôle central dans l’open data. « Les données géographiques sont à l’origine de plus de la moitié des données ouvertes aujourd’hui », souligne Patrick Molinoz, le président de Territoires numériques Bourgogne-Franche-Comté.

Le GIP a déployé un portail régional dédié à l’information géographique (GéoBourgogne rebaptisé, depuis la fusion des régions, IDéO BFC). C’est sur ce portail que s’appuiera le déploiement de l’open data en Bourgogne Franche-Comté. […]

[…] Définir le socle commun des données locales

Première difficulté à lever : « les données disponibles sont très différentes selon les territoires », explique Jean-Marie Bourgogne, délégué général d’Opendatafrance, qui appuiera chacun des territoires expérimentateurs.

Si Opendatafrance a recensé un premier jeu de données locales qui pourraient être ouvertes, une sorte de « socle commun des données locales » (lire l’encadré), « l’expérimentation permettra de voir si effectivement notre proposition tient la route », précise-t-il.

« Nous avons monté un groupe de travail (4 personnes) entre le SIG de Nevers Agglomération et le service informatique de la ville pour regarder », dans un premier temps, « où est la donnée, quel est le logiciel qui la gère et comment on peut la récupérer », détaille Jérémie Nestel, chargé de mission open data pour la ville et pour l’agglomération. […]

Lire l’article sur le site du média


journalducentreLe Journal du Centre (article de Lara Payet paru le 5 février 2017) : « Nevers agglomération va tester l’ouverture des données numériques »

En partenariat avec Territoires numériques Bourgogne Franche-Comté et le Département, Nevers agglomération va tester cette année l’ouverture des données numériques : l’open data.

« L’open data, ce n’est pas un truc de geek ! », lance Patrick Molinoz, vice-président de la Région chargé du numérique. Le ton est donné. L’open data (données ouvertes), ce n’est pas anodin. Ces données numériques engrangées par les collectivités, les entreprises, les organismes font partie du quotidien de chaque citoyen. […]

[…] Lors d’une présentation officielle cette semaine à l’Inkub – lieu symbolisant le développement numérique de Nevers – Patrick Molinoz a rapelé l’intérêt de cette expérimentation. « La donnée ouverte est un enjeu majeur aujourd’hui. Nous voulons mener quelque chose d’exemplaire. Ces données rendues accessibles à tous pourront être des outils pour les citoyens mais aussi pour les entreprises. » Pour Denis Thuriot, président de Nevers agglomération, la participation à cette expérimentation « s’inscrit dans le virage numérique que nous avons pris. Nos concitoyens pourront s’enrichir grâce à ces données. Notre ambition est également de mettre en place un datacenter mixte public-privé afin de stocker ces données. Les études sont en cours. » […]

Lire l’article sur le site du média

image_pdfimage_print
loading