Rencontre OpenMap ESS dédiée à l’économie circulaire le 16 novembre à Vitry-sur Seine

Bandeau

Dans le prolongement de la première rencontre Openmap ESS (18 mai 2017), Corinne CHERUBINI, Directrice de la DIRECCTE Ile-de-France et Jean-François LEGARET, Président du GIP Maximilien et Conseiller régional, avec le soutien de l’EPT Grand Orly Seine Bièvre, vous invitent à une seconde matinale d’échanges entre acheteurs publics franciliens et structures de l’Economie Sociale et Solidaire sur la thématique de l’économie circulaire – filière déchets.

LogoOpenMap

Le Jeudi 16 novembre 2017, de 9 heures à 12h30

Lieu : La Ressourcerie Du Spectacle – 14 avenue du Président Salvador Allende – 94400 Vitry-sur-Seine

Inscrivez-vous en ligne dès aujourd’hui !

La rencontre Openmap ESS se déroulera à la Ressourcerie Du Spectacle à Vitry-sur-Seine, lieu emblématique de l’économie circulaire au service du spectacle. Elle réunira des acheteurs publics franciliens et des structures de l’Economie Sociale et Solidaire (y compris SIAE et EA/ESAT) du secteur de l’économie circulaire (filière déchets) autour de la question des clauses sociales dans les marchés publics et de l’insertion des publics éloignés de l’emploi.

D’une part, cette rencontre vise à favoriser la connaissance de l’offre des structures de l’ESS auprès des acheteurs publics et de leurs services opérationnels (SI, communication, formation, développement économique, administration générale, environnement…). D’autre part, à sensibiliser les structures de l’ESS aux contraintes des services achats des acteurs publics et à leurs besoins sur les 18 prochains mois.

Cet OpenMap ESS est le deuxième d’une série de trois rencontres (la 3ème aura lieu en 2018) et s’inscrit de facto dans le prolongement du 1er OpenMap ESS ; dédié au secteur du numérique, celui-ci avait réuni plus de 180 participants le 18 mai dernier https://openmapsocial.wordpress.com/les-moments-forts-de-la-matinee/

Une matinale entière avec table-ronde, pitchs et networking

9 heures : introduction par Benjamin LEPERCHEZ, Directeur adjoint de la DIRECCTE Ile-de-France, un représentant du GIP Maximilien et Ahmed M’SAIDIE, Directeur de la commande publique à l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre.

9h15 à 10h : table-ronde « Osez l’Economie Sociale et Solidaire dans les marchés publics ! »

• Les enjeux de l’économie circulaire par Thomas HEMMERDINGER, Chef de projet Démarches territoriales et économie circulaire à l’ARENE Ile-de-France et le REFER.

•  Mieux connaître l’offre ESS sur le secteur de l’économie circulaire par Bruno GARCIA, Délégué Régional de la Fédération des Entreprises d’Insertion, représentant le GRAFIE et Sylvain COUTHIER, Délégué Régional de l’UNEA.

•  Facilitez-vous l’accès aux marchés publics via le portail Maximilien ! par Sandrine BOUSQUET, Directrice adjointe du GIP Maximilien.

•  Success story d’une démarche réussie de mise en œuvre d’un marché de gestion des déchets : intervention croisée des Eaux de Paris (Laurent DUTERTRE, Responsable du service achats), de l’EPEC (Alain GACHET, Directeur opérationnel) et du Réseau GESAT (sous réserve).

•  « Les chantiers du Grand Paris : un défi à relever pour l’économie circulaire! » – Témoignage de  Frédéric WILLEMIN, Directeur de l’ingénierie environnementale à la Société du Grand Paris.

10h à 10h45 : séance de pitchs en public de six structures de l’ESS (pré-sélectionnées sur dossier de candidature) qui présenteront leurs solutions et projets innovants dans le secteur de l’économie circulaire/filière déchets.

10h45 à 12h30 : rencontres individuelles entre une dizaine d’acheteurs publics (voir liste page suivante) qui échangeront au cours d’entretiens individuels avec les entreprises de l’ESS sur les spécificités de la commande publique.

Les acheteurs publics présents sur les tables acheteurs le 16 novembre 2017

Acheteurs le16novembre2017

Et les partenaires de la Rencontre OpenMap ESS du 16 novembre 2017

Partenaires 16nov2017

Pour en savoir plus, consulter le blog
⇒ https://openmapsocial.wordpress.com
⇒ Télécharger l’invitation pour les infos pratiques (venir à La Ressourcerie du spectacle à Vitry-sur-Seine), mieux connaître le GIP Maximilien et la Mission MACS




Nomosphère rachète les activités de l’opérateur Wifi Adaël

LogosNomosphèreNomoTech

Fort de 4000 hotspots Wifi, Nomosphère poursuit sa conquête des marchés en France et aux Etats Unis

Téléchargez ce communiqué de presse du 17 octobre 2017 en .pdf

Avec ses nombreux succès dans les villes, les aéroports, les gares ferroviaires et les palais des congrès, notamment, l’opérateur Wifi Nomosphère poursuit sa croissance à deux ou trois chiffres depuis sa création en juillet 2013.
Par cette opération stratégique, l’entreprise, filiale du Groupe NomoTech ajoute plus de 800 hotspots Wifi aux 3200 sites déjà exploités, soit désormais un parc total de 4000 hospots.

Présent dans une dizaine de pays comme le Portugal, le Cambodge, la Belgique, la République Dominicaine, Nomosphère a décidé d’intensifier sa démarche export et lance par la même occasion ses activités aux Etats-Unis, en capitalisant sur le savoir-faire et l’expérience de Mikael Sebban, dirigeant actuel d’Adaël qui se dit heureux de rejoindre l’aventure : « En acceptant cette opération, je rejoins la dynamique impressionnante de la société Nomosphère et je prends en charge le développement des activités aux Etats Unis. Ce challenge passionnant devrait rencontrer un beau succès à l’image de la forte croissance en France. »

Du côté de Nomosphère, cette acquisition stratégique appelle d’autres succès : «  La présence d’Adaël dans le secteur du retail nous permettra d’enrichir l’offre de services au bénéfice du client final et de la performance économique des galeries marchandes », atteste Philippe Le Grand, Vice-Président du groupe Nomotech. « La structuration de notre démarche export aux Etats Unis accompagne une activité déjà réelle dans une dizaine de pays ».

Une opération très stratégique pour l’opérateur sans fil français

Le marché du Wifi était jusqu’à présent très centré sur des problématiques d’infrastructures. Avec sa démarche d’opérateur bénéficiant de la force du groupe Nomotech et de catalyseur d’innovations, Nomosphère a développé un écosystème de start-ups qui vient considérablement enrichir l’offre de services et proposer bien plus que du Wifi.
Par le rachat d’Adaël, Nomosphère renforce son positionnement sur le marché du « retail intelligence » qui couvre les activités Wifi dans les commerces et les centres commerciaux. Ce marché en pleine expansion vise à apporter toujours plus de services au client final par les technologies de connectivité Wifi.

Nomosphère va proposer aux clients d’Adaël ses dernières technologies de géolocalisation, de géofencing (envoi d’informations aux clients des commerces) et de big data, pour enrichir la gamme de services et améliorer la relation entre les clients et les espaces commerciaux.

Nomosphère tirera en outre partie du brevet dit « preroll » déposé par Adaël pour optimiser la monétisation des réseaux Wifi, via un affichage dynamique de certains messages publicitaires.

Les deux prochaines années devraient donc être consacrées à l’amélioration tant de l’expérience client que de la fourniture de services innovants pour la performance économique des commerces situés dans des galeries marchandes.


A propos d’ADAEL
ADAEL est un opérateur Wifi proposant depuis 2002 des solutions de couverture des commerces, centres commerciaux et stations services. Spécialiste des solutions adaptées à ce marché, ADAEL a su développer une relation de confiance et exploite à ce jour plus de 800 sites en France.

A propos de NOMOSPHERE
NOMOSPHERE est un opérateur d’accès sans fil, filiale du groupe NomoTech.
Spécialiste des hotspots WiFi pour l’accès haut débit en mobilité, NOMOSPHERE exploite 3 200 hotspots WiFi partout en France, et propose des solutions WiFi opérées à l’ensemble de ses clients tels que la SNCF, Vinci Airports, la Mairie de Paris, Ville deParis…
Intervenant aussi bien en France qu’à l’international, NOMOSPHERE se positionne comme un acteur reconnu des services à valeur ajoutée sur les réseaux Wifi.




Le 10 novembre à Dijon « Quelles conséquences à l’ouverture des données publiques ? »

Organisateurs10nov17Quelles conséquences à l’ouverture des données publiques ? De la coproduction des données à l’utilisation des données personnelles

Soutiens10nov17C’est le thème de la rencontre organisée par Territoires Numériques Bourgogne-Franche-Comté et de la Mission Ecoter avec le soutien de l’association OpenData France, d’Etalab et de la Caisse des Dépôts

Le vendredi 10 novembre, de 10h30 à 16h à la Maison Régionale de l’Innovation, 64 rue Sully à Dijon.Maison Régionale de l'Innovation

Inscription (gratuite mais obligatoire) et programme en ligne

Cette rencontre, au caractère interrégional, vise à confronter les risques aux opportunités qui naissent de l’ouverture des données publiques (au caractère obligatoire pour les collectivités de plus de 3.500 habitants dès 2018).
Elle a pour objectif de mettre en perspective les réflexions de collectivités qui ont engagé le mouvement, en ouvrant leur portail, en mettant en ligne des jeux de données, afin d’offrir des perspectives/opportunités pour les citoyens/habitants, pour l’innovation en termes de nouveaux services, pour asseoir une économie territoriale, mais aussi pour répondre aux besoins de leur collectivité en interne.

Le programme (soumis à modifications) – Le programme est mis à jour régulièrement sur le site de la Mission Ecoter

10h30 – Introduction des débats

Patrick MOLINOZ – Vice-Président de la Région Bourgogne-Franche-Comté, en charge du développement numérique des territoires, de la jeunesse, de la vie associative, de la laïcité, de la lutte contre les discriminations, de l’égalité homme-femme et Président de Territoires Numériques Bourgogne Franche-Comté

10h40 – 11h30 – Dialogue d’élus

Alain BOURCIER – Vice-Président, en charge du numérique et des services publics associés de la Communauté d’agglomération de Nevers
Sylvain RAIFAUD – Adjoint au maire du Xème arrondissement de Paris, en charge de la démocratie locale et du budget participatif, de la vie associative et des espaces verts
Myriam EL YASSA – Conseillère municipale déléguée à la Ville connectée de la Ville de Besançon
Tanguy SELO – Chief Digital Officer Smart City et Innovation numérique de la Ville de Mulhouse

Modérateur des échanges : Pierre-Marie LANGLOIS – Associé Hexag’on, Contributeur à Localtis

11h30 – 11h45 – L’Open Data en Bourgogne-Franche-Comté
Point d’étape sur la dynamique de Territoires Numériques BFC : d’IDéO à l’expérimentation Open Data Locale

Pauline DUMONTET – Chef de projet animation d’IDeO BFC (Informations et Données Ouvertes en Bourgogne-Franche-Comté) à Territoires Numériques BFC
Patrick RUESTCHMANN – Directeur adjoint de Territoires Numériques BFC
Jean-Marie BOURGOGNE – Délégué général de l’association Open Data France

11h45 – 12h55 – Table ronde : de la co-production des données à l’utilisation des données personnelles

Sylvain RAIFAUD – Adjoint au maire du Xème arrondissement de Paris, en charge de la démocratie locale et du budget participatif, de la vie associative et des espaces verts
Perica SUCEVIC – Conseiller juridique et Chef du pôle juridique du SGMAP – Etalab
Cédric VERPEAUX – Responsable du pôle « Villes et territoires intelligents » à la Caisse des Dépôts et Consignations
Cyril LAGE – Co-fondateur de Cap Collectif et de Démocratie Ouverte

Modérateur des échanges : Pierre-Marie LANGLOIS – Associé Hexag’on, Contributeur à Localtis

13h00 – 14h00 – Buffet déjeunatoire

14h10 – 14h50 – L’ouverture des données à d’autres territoires
Point d’étape des projets en cours et illustrations.
Regard sur les données et la mobilité

Tanguy SELO – Chief Digital Officer Smart City et Innovation numérique de la Ville de Mulhouse
Jean-Marie BOURGOGNE – Délégué général de l’association Open Data France
Patrick RUESTCHMANN – Directeur adjoint de Territoires Numériques BFC

14h50 – 16h00 – Economie des territoires, commande publique et subventions

Sophie VALDENAIRE – Directrice de l’aménagement du territoire et du numérique à la Région Bourgogne-Franche-Comté
Céline FAIVRE – Chief Digital Officer et Directrice des affaires juridiques et de la commande publique au Conseil régional de Bretagne
Patrick RUESTCHMANN – Directeur adjoint de Territoires Numériques BFC
Perica SUCEVIC – Conseiller juridique et Chef du pôle juridique du SGMAP – Etalab
David BARTHE – Directeur général – Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire
Institut de la Gestion Déléguée

Modérateur des échanges : Pierre-Marie LANGLOIS – Associé Hexag’on, Contributeur à Localtis


Pour participer aux débats le jour de la Rencontre :

  • Utiliser le mot-dièse #ODLBFC
  • Pour suivre les organisateurs sur twitter : @mission_ecoter @TerNumBFC @IDeO_BFC



Sophie Germain, Directrice générale de Colombbus « La dimension d’accompagnement socio-professionnel est un des piliers de notre parcours d’insertion »

 BandeauL’association Colombbus a présenté les actions et réalisations du chantier d’insertion 10mentionWeb lors du 1er OpenMap ESS organisé à Nanterre le 18 mai par le GIP Maximilien qui pilote la mission MACS (Mission d’Appui au développement des Clauses Sociales).

LogoColombbusCréée au début des années 2000, l’association Colombbus (http://www.colombbus.org/) agit pour l’éducation, la formation et l’insertion professionnelle grâce à l’informatique et à l’internet. Son objectif est de faciliter l’usage et l’appropriation des outils numériques afin que ceux-ci deviennent des vecteurs d’inclusion, de développement personnel et de lien social. L’activité de Colombbus s’articule autour de trois domaines :

  • #EDUCATION / Apprentissage de la programmation. La Plateforme Declik propose un apprentissage ludique de la programmation par les 7-15 ans. http://www.declick.net/
  • #INSERTION/ Agence web sociale et solidaire. Adossée au dispositif de l’Insertion par l’Activité économique «Chantier d’Insertion», l’agence 10mentionWeb emploie des personnes en situation d’exclusion en tant qu’intégrateurs web pendant 10 mois. http://www.10mentionweb.org/
  • #LIEN SOCIAL / Lieu d’accueil et d’expérimentation numérique. Le Passage Numérique est un lieu ressource par et pour les habitants favorisant le savoir, la créativité le dialogue et le brassage des idées, notamment via des ateliers d’appropriation des outils numériques. http://passage.colombbus.org/

Sophie Germain-ColombbusPour en savoir plus sur Colombbus, le GIP Maximilien a interrogé Sophie Germain, sa Directrice générale qui nous livre son point de vue sur l’accès des structures ESS à la commande publique, la nécessité de développer les clauses sociales, son expérience de la plateforme Maximilien et bien d’autres questions.

Que vous évoque le dispositif des clauses sociales ? Est-ce une modalité que vous utilisez dans le cadre des activités portées par votre association en vue de concourir à une meilleure et plus grande insertion des publics éloignés de l’emploi ?

Le dispositif des clauses sociales  contribue à développer les activités de notre agence web et donc à placer en situation professionnelle nos salariés en insertion, sur des projets de communication digitale commandités par les donneurs d’ordre publics. C’est la mise en situation professionnelle qui garantit une meilleure insertion pour nos salariés.

Comment accompagnez- vous les personnes  dans leur parcours ? Quelle démarche partenariale avez-vous mise en œuvre, sur votre territoire, avec les acteurs de l’insertion mais aussi avec les facilitateurs, acteurs pivot de la mise en œuvre des clauses sociales ? Avez-vous développé des partenariats ou mécénats avec des entreprises ?

La dimension d’accompagnement socio-professionnel est un des piliers de notre parcours d’insertion. Un conseiller est dédié aux salariés de chaque site de production, et les accompagne dans la résolution des freins à l’emploi et dans les démarches d’insertion (évaluation des compétences, orientation, préparation aux entretiens, recherche d’emploi). Nos partenaires sur les territoires sont les partenaires institutionnels et de l’emploi (Direccte, pôle emploi, missions locales, maisons de l’emploi), les facilitateurs et les entreprises. Nous avons noué des partenariats avec des agences de communication à qui nous proposons des services complémentaires à leurs activités mais également avec des grandes entreprises dans le cadre de mécénats (Accenture).

Que pensez-vous de manière générale de l’accès aux marchés publics pour une association comme la vôtre ? Quels sont les facteurs clés de réussite et les freins que vous avez identifiés ? Utilisez-vous le Portail Maximilien, et notamment la bourse à la co et sous-traitance proposée ?

L’accès aux marchés publics pour notre association est un élément clé de notre développement, particulièrement à un stade où nous essaimons notre activité en Ile de France. C’est un moyen pour nous de garantir un flux de revenus pour changer d’échelle et de nous ancrer dans un territoire. Les facilitateurs ont un rôle clé pour assurer la réussite du dispositif des clauses sociales, par leurs actions de sensibilisation auprès des acheteurs et leur proactivité à mettre SIAE et services des achats en relation directe. Nous utilisons le portail Maximilien pour effectuer la veille sur nos marchés ainsi que la bourse à la co-traitance, même si les marchés de communication sont trop peu associés à des clauses sociales.

Avez-vous constaté une évolution depuis la réforme  du droit de la commande publique en avril 2016 qui permet aux acheteurs publics de réserver des marchés à des structures de l’insertion par des SIAE et à des entreprises de l’ESS ?

Nous constatons que le travail de facilitation mené par les responsables de la commande publique ou nos partenaires institutionnels et de réseaux d’insertion commence à porter ses fruits. L’enjeu est de valoriser auprès des services achats et des services opérationnels nos compétences et nos capacités à répondre aux besoins des marchés publics. Certains marchés réservés dans le domaine de la communication digitale ont ainsi été publiés dans les derniers mois.

Outre le marché que vous avez remporté en avril 2017 avec le GIP Maximilien pour la création du logo et de supports pour la MACS, vous avez remporté un marché avec la Ville de Paris. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Nous avons remporté un marché pour le développement du site des conseils de quartier du 10e arrondissement de Paris. Ce site inclut plusieurs fonctionnalités interactives, un forum de discussion et sa conception multi-sites permet d’agréger 6 sites en un. Notre ambition est de participer à la construction de l’écosystème numérique des acteurs publics, depuis la création de l’identité visuelle, en passant par tous les registres de la communication digitale, sans oublier les applications de services.

Vous avez participé à l’OpenMap ESS du 18 mai : en quoi votre participation à cette rencontre vous a-t-elle été profitable ? Vous a-t-elle permis d’ouvrir de nouvelles portes auprès des acheteurs publics, d’élargir votre réseau de contacts ?

Notre participation à l’OpenMap nous a permis de gagner en visibilité auprès des acteurs de la commande publique, ce qui est très positif. Nous réalisons qu’il faut du temps aux facilitateurs pour convaincre les services achats des segments sous représentés dans les clauses sociales (notamment les prestations intellectuelles et de communication). Nous avons eu également des contacts prometteurs avec des entreprises de l’ESS présentes lors de cette matinale.

Pour en savoir plus
Sur l’agence 10mentionWeb, lire l’article sur achatpublic.info du 19 juin 2017 http://terres-numeriques.fr/wp-content/uploads/2017/05/achatpublic.info-19juin2017.pdf

Sur les OpenMap ESS, voir le site web https://openmapsocial.wordpress.com/




Lu dans Les Echos : Avec l’Internet 4G fixe, NomoTech veut conquérir les départements ruraux

Les-échos

 

Par Philippe Legueltel, le 9 août 2017

EXTRAITS [L’opérateur de communications, basé dans la Manche, propose des solutions alternatives à la fibre. Il prévoit de doubler ses effectifs et de tripler son chiffre d’affaires dans les prochaines années.

PhotoEquipement5De l’Internet très haut débit (THD) dans les campagnes ! L’enjeu est de taille pour les élus ruraux, loin d’être assurés de pouvoir bénéficier du Plan national de déploiement de la fibre, dont l’achèvement est annoncé pour 2020. Face à ce défi, NomoTech, opérateur de communications électroniques créé en 2003 et spécialiste français des technologies de boucle locale radio, a expérimenté des fréquences hertziennes autorisées par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), en mars 2016.

En utilisant ces réseaux hertziens, le groupe basé à Poilley, dans la Manche, propose aux zones rurales d’accéder au très haut débit grâce à la 4G fixe, basée sur la technologie standard TD-LTE (Long Term Evolution). «  C’est un pari que nous partageons avec les départements qui veulent lancer des opérations dès cette année, pour apporter le THD hertzien aux oubliés de la fibre », explique Philippe Le Grand, vice-président du groupe normand. L’Arcep doit maintenant attribuer les fréquences radio (3,5 GHz) en septembre 2017. « Rapide à mettre en oeuvre, entre 12 et 18 mois, à des coûts abordables au regard des enjeux, et performante avec un débit allant de 50 à 100  mégabits par seconde, la 4G fixe est une solution de transition et une technologie alternative », souligne le dirigeant.
5.000 communes couvertes à ce jour
Dans le cadre des réseaux d’initiative publique (RIP) ou de ses propres investissements, NomoTech a déjà déployé plus de 3.000 sites radio en France pour couvrir les zones blanches et opérer une montée en débit. L’entreprise couvre à ce jour près de 5.000 communes (15 %) de France.]
[« Notre ambition est de devenir le plus petit des grands opé ra teurs. Nous envisageons de doubler nos effectifs et de tripler notre chiffre d’affaires dans les trois à cinq ans qui viennent », annonce Philippe Le Grand.
En France, de 50 à 100 nouveaux sites radiophoniques seront déployés chaque année – en 2017 et en 2018 – pour atteindre le chiffre de 200 sites annuels dès 2019. Parallèlement, le nombre d’abonnés sur la boucle locale radio (hors satellite) devrait grimper, entre 2017 et 2019, de 70.000 à environ 300.000 abonnés.]

Lire l’article en ligne, cliquez iciArticleLesEchos




Appli Gigalis : bilan des 70.000 tests et podium régional des opérateurs mobiles

LogoGigalisOKAvec l’application mobile Gigalis, il est désormais facile et rapide de mesurer la qualité de sa connexion mobile et de participer à l’amélioration de la couverture mobile des Pays de la Loire

AppliGigalisAfficheCampagneDisponible gratuitement sur l’App Store et Google Play, l’application permet de comparer, en toute objectivité, la qualité de service mobile des quatre grands opérateurs du marché : navigation web, transfert de données, streaming vidéo sur YouTube…

Téléchargez ce communiqué de presse de l’été 2017 au format pdf, cliquez ici.

L’application mobile Gigalis, créée pour les Pays de la Loire avec l’aide de la société QoSi, propose de tester, gratuitement et instantanément, sa connexion mobile depuis son smartphone. A ce jour, l’application a permis de récolter plus de 70.000 tests auprès des ligériens. L’ambition est d’atteindre un total de plus de 100.000 tests d’ici fin 2017 pour avoir une vision encore plus précise de la couverture et de la qualité des services mobiles sur le territoire ligérien. Dans cet objectif, une campagne de communication est lancée avec l’appui des collectivités ligériennes.

Révélation du podium régional des opérateurs, établi grâce aux 70.000 tests des utilisateurs !

Le principe de l’application Gigalis est de proposer à tout utilisateur, à partir de son smartphone, de tester sa connexion mobile en deux clics et ce faisant, de contribuer à la collecte de données réalisée au niveau de toute la région.
PodiumETLégendeEntre juillet 2016 et juin 2017, plus de 70.000 mesures ont pu être recueillies, à partir desquelles est dévoilé aujourd’hui ce podium des opérateurs. Cette contribution des usagers permet d’identifier les actions à mettre en œuvre avec les opérateurs pour pallier les déficiences constatées (couvrir les zones mal desservies par les réseaux mobiles) ou pour améliorer les performances. L’objectif est que chaque habitant accède dès demain à un réseau mobile performant sur l’ensemble du territoire régional.

La 1ère météo 4G des plages atlantiques : 9 spots de baignade passés au crible !

AppliGigalis-QRcode-MétéoPlagesC’est véritablement une première dans les Pays de la Loire ! Neuf plages* du littoral atlantique ont été évaluées concernant la qualité de leur connexion mobile. Pour découvrir le score obtenu pour chacune de ces plages, chaque internaute peut consulter dès maintenant sur internet la carte des 9 plages : http://gigalis.qosi.fr/meteo et flash code ci-contre.

ScoresOpérateurs-PlagePornic[Janv-Juillet2017]

Après avoir cliqué sur le nom de la plage, l’internaute sélectionne l’opérateur de son choix. Apparaît alors une vignette avec le score de l’opérateur (exemple ci-contre de la plage de Pornic avec les scores de chacun des opérateurs : Bouygues, Free, Orange, SFR).

Pour continuer à dessiner la carte des plages (et des territoires) les mieux connectées, les estivants sont invités durant tout l’été 2017 à réaliser les tests sur leur smartphone. Les mesures recueillies sont précieuses pour Gigalis qui pourra ainsi mettre à jour et enrichir la météo 4G des plages (et des territoires).

(*) Les 9 plages du baromètre : La Baule-Le Croisic, La Tranche sur Mer, Les Sables d’Olonne, L’Ile d’Yeu, Noirmoutier, Pornic, Saint Brévin les Pins, Saint Gilles Croix de Vie, Saint Jean de Monts.

L’application mobile Gigalis – Pays de la Loire : comment ça marche ?

Rien de plus simple, de plus rapide (3 minutes seulement) et de plus ludique qu’une application mobile pour tester sa connexion mobile. Une fois l’application téléchargée gratuitement dans le store (Google PlayApp Store), l’utilisateur réalise un 1er test de débit qui affiche la vitesse moyenne en téléchargement et envoi (débit descendant/montant) de la connexion mobile. Le 2nd test mesure la qualité de service mobile (QoS) : performances de la connexion, de téléchargement et d’envoi de fichiers, de streaming vidéo sur YouTube et de navigation web.

CapturesEcran
L’utilisateur accède ensuite à une carte interactive du territoire qui permet de visualiser les zones couvertes, par opérateur et par technologie (2G/3G/4G), par type d’usage (téléchargement, envoi, score YouTube, ou Web). Enfin, il peut comparer les opérateurs sur la base des performances et afficher un podium de qualité de services des opérateurs.

Des supports de communication pour récolter 100.000 tests !

Afin de booster le nombre de tests et donc de recueillir un maximum de données, Gigalis a conçu une campagne de communication avec un visuel décliné sous 8 formats différents : dépliant, encarts, bannière animée.
Ces supports sont proposés gratuitement dans leur format électronique à chaque collectivité des Pays de la Loire qui peut les publier dans un bulletin municipal, sur un site web, les imprimer… Il leur suffit d’en faire la demande auprès de Gigalis (coordonnées sur www.gigalis.org). Le but est de faire connaître (encore plus) l’application et d’inciter les utilisateurs à réaliser les tests. 100.000 est le nombre de tests que s’est fixé Gigalis pour la fin de l’année 2017.

A vos smartphones citoyens ! Testez dès maintenant votre connexion mobile !

Support185X130

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus téléchargez le communiqué de presse de l’été 2017, adressez un mail à v.masse[at]isee-communication.fr ou consultez le site web www.gigalis.org




L’openData Locale fait escale le 19 juin à Belfort avec Territoires Numériques BFC

Territoires-numeriques_LOGO-CarreL’OpenData, au cœur de la transformation numérique des territoires et des organisations

Qu’est-ce que l’OpenData ? Comment les entreprises s’en emparent ? Comment les collectivités ouvrent leurs données ? Collectivités et entreprises partageront leurs expériences le 19 juin 2017 (de 10 à 16h30) à Belfort.

Dans le cadre de l’expérimentation OpenData Locale, des collectivités en Bourgogne Franche Comté sont pilotes pour ouvrir leurs données et diffuser la culture des données sur leur territoire.
LogoBelfortAprès Nevers Agglomération et Nevers le 31 janvier et 16 mars dernier, le Grand Belfort co-organise avec Territoires Numériques une journée sur l’OpenData : retours d’expériences issues d’autres territoires, présentation des jeux de données disponibles dès aujourd’hui et dans un proche avenir (ex : marchés publics, transports, équipements…).
Seront également abordés les différents usages corrélés à l’ouverture des données et leur impact en termes de développement économique ou de participation citoyenne.

LocaltisLire l’article de Pierre-Marie Langlois de Localtis paru le 20 juin 2017 « Open data – Un arrêté précise le service public de la donnée, les expérimentations continuent » 

Lire aussi tous les autres articles parus sur le projet pilote d’OpenData Locale en BFC (voir au bas de cette page) : achatpublic.info, Next Inpact, La Gazette des Communes, Contexte Numérique…


Lieu : Conservatoire à Rayonnement Départemental Henri Dutilleux du Grand Belfort, 1 rue Paul Koepfler à Belfort

Inscription (gratuite et obligatoire) : https://www.eventbrite.fr/e/billets-journee-opendatalocale-a-belfort-34571133190

Les intervenants :

  • Emmanuelle BALTER, Réseaux Transport Energie-RTE : « Les données OpenData produites et publiées par RTE ».
  • Laurence COMPARAT, Adjointe au Maire de Grenoble en charge du numérique : « Accès à l’information ; OpenData et logiciels libres ».
  • Pascal MINGUET, Chargé de la transformation numérique, Conseil Régional de Bourgogne Franche Comté.
  • Fabien MOGUEN, OpenDataFrance : « L’expérimentation OpenDataLocale, de l’OpenData au Service Public de la Donnée ».
  • Thomas PORTIER, DataKode, conseil en gestion de données et développement d’applications pour les collectivités : « Des applications citoyennes créées avec l’OpenData ».
  • Jean-Pierre QUIGNAUX, Conseiller innovation et numérique de l’Association des Départements de France.
  • Patrick RUESTCHMANN, Directeur général adjoint de Territoires Numériques Bourgogne Franche Comté.
  • Philippe SABLAYROLLES, Responsable service cartographique Michelin : « La réutilisation des données géographiques OpenData ».

Les ateliers :

  • Découvrir l’OpenData
  • Mener un projet OpenData ou comment faire ?
  • Produire de la donnée ouverte ou comment s’organiser ?
  • Publier une donnée OpenData de A à Z
  • Favoriser les réutilisations des données OpenData

OpenData Locale en BFC : on en parle dans la Presse !

Revue des Collectivités Locales, Juin 2017 « Nevers Agglomération et Territoires Numériques Bourgogne Franche Comté expérimentent l’opendata local »

Contexte Numérique, le 15 mars 2017 « Open data : “il faut trouver le bon vocabulaire pour séduire les élus”

achatpublic.info, le 2 mars 2017 « La Bourgogne-Franche-Comté se lance dans l’open data des marchés » 

Next INpact, le 2 février 2017 « Open Data local : des expérimentations qui prennent forme »

La Gazette des Communes, le 7 février 2017 « Comment Nevers Agglomération organise l’ouverture des données publiques pour ses 13 communes »